• Victoria Afanasyeva

Isabelle Barthe

Née le 17 juillet 1876 à Saint-Cyr (Vienne), décédée le 16 juillet 1953 à Paris 6e.

Isabelle Barthe. "L'Étoile Bleue", 1933, juin.

Fille des marchands d'épices, Isabelle Barthe épouse Alexandre Bonneau, instituteur public, en novembre 1895. Le couple a un fils, né le 15 janvier 1897 ; en juin 1904, le tribunal de Loudun (Vienne) prononce le jugement de séparation de corps et confie la garde de l'enfant à Isabelle Barthe. Cinq ans plus tard, ce même tribunal convertit ce jugement en jugement de divorce, mais confie cette fois la garde à Alexandre Bonneau, laissant à Isabelle Barthe le droit de visite. La femme ne se remariera pas.

À cette époque, Isabelle Barthe habite déjà à Paris (222 rue du Faubourg Saint-Honoré) et travaille en tant que dactylographe. Il est inconnu comment la femme se rapproche du mouvement antialcoolique.


Couverture de la brochure "Des asiles de buveurs", écrite par Isabelle Barthe et publiée par la Ligue Nationale contre l'alcoolisme en 1927 (AN).

Dans les années 1920, Isabelle Barthe prépare et signe une brochure Des asiles de buveurs, issue d’une enquête de terrain menée par elle-même en Suisse et financée par la Ligue Nationale contre l’alcoolisme (LNCA). Richement illustrée, la publication a pour but de préparer l'ouverture d'un centre de désintoxication en France sur le modèle des asiles de la Suisse romande


Isabelle Barthe s’installe dans le 6e arrondissement de Paris vers 1927. Elle emménage dans une chambre de bonne située au 6e étage de l’immeuble où se trouve le siège de la LNCA, 147 boulevard Saint-Germain. À partir de ce moment, Isabelle Barthe commence à s’investir pleinement à l’activité de l’association et devient le bras droit de Frédéric Riémain, secrétaire général : elle assiste aux assemblées générales de la Ligue, aux fêtes annuelles organisées en Sorbonne, aux réunions du Comité d’action et de propagande, aux séances de la Commission interassociative.


Isabelle Barthe s'intéresse particulièrement à l'«antialcoolisme constructif» - courant de propagande qui consiste en utilisation non-alcoolique des fruits et des jus de fruits. En 1929, elle est nommée trésorière du comité d'organisation du Premier congrès national des fruits. L'Office des fruits, fondé peu après le congrès, recense Isabelle Barthe en tant que secrétaire.

Dans les années 1930, Isabelle Barthe donne plusieurs conférences radiophoniques sur l’alcoolisme et l’«antialcoolisme constructif», parmi lesquelles :

  • "Importance de la consommation des confitures et des compotes" (diffusée le dimanche 27 juillet 1930, à 13h20, sur le poste Tour-Eiffel),

  • "L'Alcool et la Femme" (mardi 19 janvier 1932, 20h23, P.T.T.),

  • "L'Académie de Médecine et les Débits" (samedi 2 avril 1932, 14h05, Tour-Eiffel),

  • "L'Alcool et la Tuberculose" (mardi 29 novembre 1932, 20h23, P.T.T.),

  • "L'Alcool et la Famille" (mardi 22 août 1933, 20h23, P.T.T.),

  • "Crimes juvéniles et responsabilités pénales" (lundi 25 septembre 1933, 18h, P.T.T.),

  • "Apprenons à nous alimenter" (jeudi 11 janvier 1934, 14h50, Tour-Eiffel),

  • "Le déclin du cocktail" (lundi 18 juin 1934, 18h, P.T.T.),

  • "L'alcoolisme et les accidents du travail" (mercredi 17 juin 1936, 16h, P.T.T.),

  • "Les jus de fruits dans l'alimentation" (mercredi 17 mars 1937, 16h, P.T.T.),

  • "La cure des buveurs" (mercredi 21 avril 1937, 16h, P.T.T.).

À L’Étoile Bleue, bulletin de la LNCA, Isabelle Barthe signe des dizaines de comptes rendus et de procès-verbaux de réunions, ainsi que des articles sur des sujets proches de ses conférences radio.


Dans les années 1940, la militante continue à travailler côte à côte avec Frédéric Riémain. En 1944, la charge de travail écrasante amène au surmenage et aggrave la bronchite de la femme. Trois ans plus tard, une petite annonce paraît dans les pages de L'Étoile Bleue : Isabelle Barthe cherche une chambre près de la mer, sans doute, pour se reposer et améliorer sa santé. Elle décède en juillet 1953, la veille de son 77e anniversaire, à son domicile, situé au dessus du siège de la LNCA.