• Victoria Afanasyeva

Madame Gustave Roy-Mirabaud (1856-1935)

Mis à jour : mai 15

Marie Mirabaud est née le 27 mai 1856 à Eaubonne (commune située actuellement dans le Val d'Oise), dans la résidence secondaire d'une famille de banquier parisien. À l'âge de 27 ans, elle épouse Gustave Roy, issu d'une riche famille de négociant parisien.

Avec son époux, Marie Mirabaud adhère à l'antialcoolisme vers 1904 - le couple commence à faire des dons au profit de l'association de La Prospérité ainsi qu'à l'Union Française Antialcoolique. Dès la transformation de celle-ci en la Ligue Nationale contre l'alcoolisme (LNCA), Madame Gustave Roy-Mirabaud s'engage dans un comité composé d'une dizaine de dames de la haute société, qui prend une part très active aux ventes au profit de la LNCA : organisées tous les ans, elles servent à faire de la propagande auprès du grand public tout en remplissant les caisses de l'association grâce à la vente de petits objets, parfois de seconde main, disposés sur plusieurs comptoirs. Aux côtés d'autres dames de la haute société, comme sa belle-sœur Madame Robert Mirabaud (née Henriette Thorens) ou encore Mesdames Georges Martin et Émile Solacroup, Marie Roy-Mirabaud préside des comptoirs ou s'occupe du buffet, entre 1906 et 1911.

Vente de la LNCA organisée les 24-25 avril 1907 au Ministère des Affaires Étrangères. Cette année, Marie Roy-Mirabaud s'occupe du buffet avec Marguerite de Witt-Schlumberger. "Étoile Bleue", mai 1907.

En 1912-1913, cette habitante du 17e arrondissement de Paris (place Malesherbes, aujourd'hui place du Général Catroux) s'active auprès d'autres dames fortunées des 17e et 18e arrondissement pour aider la propagande de la LNCA, d'abord financièrement, ensuite en créant des "foyers d'antialcoolisme". Le 17 avril 1913, Marie Roy-Mirabaud organise une grande fête scolaire antialcoolique à la mairie du 18e arrondissement.


Grâce à cette participation à la propagande, Madame Gustave Roy-Mirabaud est nommée membre du conseil d'administration de la LNCA, à partir du 4 mars 1913 : elle le reste jusqu'à sa mort, le 23 février 1935 (Paris 17e). Par ailleurs, cette femme figure également parmi les membres de l'Union des Françaises contre l'alcool, et de l'association protestante abstinente de la Croix-Bleue.