top of page
  • Victoria Afanasyeva

Les mocktails de 1930

La mode des cocktails, arrivée en France à la fin des années 1920, provoque une grande inquiétude au sein du corps médical, car les mélanges à succès sont très alcoolisés. Ci-après, les recettes citées par le docteur Georges Guillain dans sa communication "L'Alcoolisme mondain et la nocivité des cocktails" du 30 avril 1929 à l'Académie de médecine :

  • Gin cocktail : 2/3 gin, 1/3 vermouth, quelques gouttes d'angusture.

  • Manhattan : 2/3 whisky, 1/3 vermouth, quelques gouttes d'angusture.

  • Champagne cocktail : sucre saturé de bitter à l'angusture, champagne, zeste de citron.

  • Bronx dry : 1/3 gin, 2/3 vermouth, jus d'orange.

  • Side car : 1/3 curaçao sec, 1/3 brandy, 1/3 jus de citron.

  • Gin Fizz : 1 verre de gin, 1 cuillerée à café de sucre ou de sirop de gomme, le jus d'un citron.

  • Whisky Flip : 1 verre à madère de whisky, 1 œuf frais battu, 1 cuillère à soupe en poudre, muscade.

  • Egg Nogg : 1 verre de brandy, 1 verre de rhum, 1 œuf, 1 demi-cuillerée à café de sucre, glace pilée, lait frais, muscade.

  • Rose : 2/3 vermouth, 1/6 kirsch, 1/8 sirop de groseille, cherry.

  • Knock out : 1/3 gin, 1/3 vermouth, 1/3 absinthe, menthe.

En collaboration avec les médecins, les associations antialcooliques lancent une campagne "anticocktail". Par exemple, l'Union Françaises contre l'alcool édite cette carte postale de propagande pour dénoncer la consommation de ces boissons "diaboliques" par des femmes, et les répercussions de cette nouvelle mauvaise habitude sur l'enfant.

Cocktailomanie, d'Albert Guillaume, 1930. Reproduction dans Lectures pour tous, mai 1930, p. 66.

Pour contrer la tendance et proposer aux Françaises et aux Français d'autres boissons, aux couleurs aussi jolies et goûts aussi variés que ceux des cocktails, des expériences sont menées le 26 décembre 1930 au siège de la Ligue Nationale contre l'alcoolisme. Leur but est de trouver un "anticocktail", "un liquide composé, agréable au goût, très agréable si possible et aussi bienfaisant pour la santé que l’autre est désastreux". Les jus de fruits, dont la production est alors en plein essor grâce aux procédés de pasteurisation et de conservation, constituent la base d'une douzaine de recettes testées. Or, LA formule d'un "cocktail vitaminé" n'est pas trouvée, bien que quelques conclusions utiles soient faites à l'issue des expériences : le goût du liquide devrait être assez corsé et souligné par des accents (cannelle, quinquina), et la quantité d'eau ajoutée - réduite au minimum. Par conséquent, la Ligue demande à son lectorat de partager avec elle les combinaisons heureuses de mélanges savoureux, afin de trouver LA boisson "qui n’aspirera à rien moins qu’à détrôner le terrible malfaiteur consacré par la mode".


Et voici la liste de combinaisons essayées par les antialcoolistes :

  1. Le jus d’une orange, un demi-jaune d'œuf, une cuillerée de sirop de groseilles et framboises cru, deux morceaux de sucre frottés sur le zeste de l’orange.

  2. Le jus d’une orange, pas de sucre, une cuillerée à soupe de décoction de quinquina.

  3. Le jus d’un demi-citron, une cuillerée de décoction de canelle, un morceau de sucre frotté sur le zeste de citron.

  4. Le jus d’un demi-citron, un demi-jaune d’œuf, un sucre frotté, une cuillerée de jus de myrtille.

  5. Deux morceaux de sucre frottés zeste, une mandarine pressée, une cuillerée à soupe d’écorce de quinquina.

  6. Jus d’un demi-citron, un morceau de sucre frotté zeste, jus de cerise.

  7. Trois cuillerées de jus de cerise, une de quinquina.

  8. Un demi-citron, une cuillerée de myrtille, deux cuillerées de jus d’ananas.

  9. Un quart de citron, une cuillerée à café d’essence de quinquina, une cuilleré à café d’ananas, une cuillerée à café de sirop de groseille framboisé.

  10. Deux cuillerées de jus de raisin (vin sans alcool), un demi-citron, un sucre frotté.

  11. Une cuillerée de jus de raisin, une demi-orange.

  12. Sirop de groseille, framboises, une orange, traces de quinquina.

Cocktails, estampe de Jean Emile Laboureur, 1931. Source : gallica/BnF.


Comments


bottom of page