L'histoire du mouvement antialcoolique en sciences sociales.
Actualités

Victoria Afanasyeva, Cherchez la femme : histoire du mouvement antialcoolique en France (1835-1954)

Paris, LGDJ/Lextenso, 2021, 600 p.

Acheter sur le site des éditions LDGJ.

Maria Legrain, Marie Poujol, Marguerite Fallot-Matter, Cécile Brunschvicg - ces noms ne disent probablement rien à personne, à l'exception du dernier, bien connu des historien·ne·s des féminismes. Le point commun de toutes ces militantes est leur engagement antialcoolique qui prend différentes formes : les unes fondent des associations, d'autres sont de simples adhérentes qui oeuvrent au quotidien, certaines portent le combat sur les plans politique et/ou féministe. En s'intéressant à la place, aux rôles et aux activités des femmes, ce livre renouvelle et approfondit l'histoire du mouvement antialcoolique en France : depuis ses débuts hésitants en 1835, lorsqu'une éphémère société de sobriété voit le jour à Amiens, jusqu'à l'entrée en vigueur d'un « antialcoolisme d'État » par Pierre Mendès France en 1954. 

CT-210-A-AFANASYEVA Victoria-Couverture (584-XVI)-T29,00-0mmBP-BR.jpg
Mark Lawrence Schrad, Smashing the Liquor Machine: A Global History of Prohibition

Oxford, Oxford University Press, 1er septembre 2021, 736 p.

Feuilleter sur Google Books.

When most people think of the prohibition era, they think of speakeasies, gin runners, and backwoods fundamentalists railing about the ills of strong drink. In other words, in the popular imagination, it is a peculiarly American event. 

Yet, as Mark Lawrence Schrad shows in Smashing the Liquor Machine, the conventional scholarship on prohibition is extremely misleading for a simple reason: American prohibition was just one piece of a global wave of prohibition laws that occurred around the same time. Schrad's counterintuitive global history of prohibition looks at the anti-alcohol movement around the globe through the experiences of pro-temperance leaders like Thomas Masaryk, founder of Czechoslovakia, Vladimir Lenin, Leo Tolstoy, and anti-colonial activists in India. Schrad argues that temperance wasn't "American exceptionalism" at all, but rather one of the most broad-based and successful transnational social movements of the modern era. In fact, Schrad offers a fundamental re-appraisal of this colorful era to reveal that temperance forces frequently aligned with progressivism, social justice, liberal self-determination, democratic socialism, labor rights, women's rights, and indigenous rights. By placing the temperance movement in a deep global context, he forces us to fundamentally rethink all that we think we know about the movement. Rather than a motley collection of puritanical American evangelicals, the global temperance movement advocated communal self-protection against the corrupt and predatory "liquor machine" that had become exceedingly rich off the misery and addictions of the poor around the world, from the slums of South Asia to central Europe to the Indian reservations of the American west. 

Unlike many traditional "dry" histories, Smashing the Liquor Machine gives voice to minority and subaltern figures who resisted the global liquor industry, and further highlights that the impulses that led to the temperance movement were far more progressive and variegated than American readers have been led to believe.

Michel Craplet, L'Alcool, première addiction. Pour sortir d'un mal chronique

Paris, Odile Jacob, 30 juin 2021, 352 p.

Feuilleter sur Google Books.

La consommation d’alcool est à l’origine de graves problèmes de santé publique et de la première des addictions. Première par la mortalité — 45 000 décès par an —, par les problèmes médicaux et par les conséquences sociales, en particulier les violences intrafamiliales.
Première dans l’histoire de l’Occident avant l’arrivée du tabac et des autres drogues, elle est la cause d’ivresses temporaires dangereuses et d’une maladie chronique. Il est cependant possible d’apprendre à vivre avec cette maladie, grâce à l’aide des soignants professionnels et des groupes d’entraide.
Mais comment prévenir les problèmes alors que la société encourage la consommation d’alcool, bien que son coût social soit élevé ? Oubli ou véritable tabou ?
L’épidémie de Covid-19 a aggravé les problèmes, a provoqué de nouveaux troubles et a modifié l’aide aux malades. C’est pourquoi « il faut encore et toujours parler d’alcool » et expliquer les particularités de cette addiction pour en sortir.

9782738152978.jpg
260x348_bacchus_por_caravaggio_1.webp
Buvons ensemble, histoires d'alcool

Série d'émissions dans Le Cours de l'histoire, France-culture, 17-20 mai 2021.

Épisode 1 - "Ça mousse et ça brasse : une histoire de la bière"

Épisode 2 - "Le raki et le sultan, boire dans l’Empire de la vigne"

Épisode 3 - "Absinthe, les artistes à la rencontre de la fée verte"

Épisode 4 - "Bois de l’eau, sac à vin ! Quand l’alcoolisme devint une maladie", avec Didier Nourrisson et moi-même.

Réécouter.

Prohibition Conference - Reims

Actes du colloque "Prohibition 1919-2019".

Mars 2021, en ligne.

Lire ma contribution, "Le mouvement français de tempérance face aux prohibitions (1914 - années 1930)"

L’Institut Georges Chappaz de la vigne et du vin en Champagne a organisé du 5 au 9 novembre 2019 un colloque international sur la Prohibition, cent ans après le début de cette période marquante aux États-Unis.

Au-delà du colloque, l’Institut et ses partenaires ont programmé une série d’évènements - conférences, ciné-débat, concert, soirées spéciales -, tous en lien avec la période de la Prohibition, pour que le territoire de Reims dans son ensemble soit marqué, pendant une semaine, par cette manifestation.

Les chercheurs se sont exprimés sur le sujet de la Prohibition et de ses conséquences, encore visibles aujourd’hui, et sur la question plus globale qui oppose régulièrement l’interdiction et la consommation responsable d’alcool.

Droit et science politique, économie, histoire, éthique, etc. étaient les principales disciplines retenues par le conseil scientifique pour construire ce colloque et inviter des chercheurs internationaux. 

Des sujets plus inattendus, mais toujours liés à la Prohibition, ont fait l’objet de communications spécifiques.

Consulter les informations sur le colloque.

9782246821885-001-T.jpeg
Michel Craplet, L'Ivresse de la Révolution

Paris, Grasset, 17 février 2021, 289 p.

Feuilleter sur Google Books.

"Rechercher les causes de la Révolution n'est pas sans danger pour l'historien". Que dire de celui qui l’aborde à la lumière d’un sujet à la fois magnifié et tabou en France - l'alcool - et qui n’est pas historien de formation mais précisément alcoologue de métier  ? Face à ces résistances, Michel Craplet s’attaque, en spécialiste de l’addiction, aux grandes heures de la Révolution.
La prise de la Bastille, les massacres de Septembre, l’arrestation du Roi à Varennes, la chute de la royauté lors de la prise des Tuileries, les clubs bruyants où Girondins et Montagnards s’empoignent et philosophent, les banquets républicains, la Terreur et son redoutable comité de Salut public, les guerres de Vendée  : autant d’épisodes célèbres de la Révolution que l’auteur revisite pour y déceler, sous les ors glorieux et tragiques de ces années tumultueuses, l’influence cachée de l’alcool.
On le découvre dans le livre, les boissons contenant de l’alcool, y compris les vins les plus courants, étaient des produits rares et chers sous l’Ancien Régime. Seule une infime partie de la population pouvait en consommer régulièrement. Offrir à boire était donc un cadeau. Voici l’histoire explosive de ces cadeaux aux effets puissants et difficiles à maîtriser, dont on suit la circulation au cœur de la Révolution.
Il ne s'agit évidemment pas d’affirmer un parti-pris contre-révolutionnaire. Michel Craplet décrit sans détours les comportements pathologiques de tous les camps, y compris des aristocrates. Sans exempter Louis XVI, auquel est consacré un long et fascinant chapitre. L’auteur est le premier à aborder la triple addiction du monarque qui allie trop plein d’alcool, excès de tables, passion de la chasse et sexualité problématique. Ni idéologue, ni naïf, Michel Craplet ne prétend pas expliquer la riche chronologie de la Révolution française par un déterminisme réducteur. La consommation d'alcool, qui n’est jamais la cause, est cependant très souvent en cause. Une enquête inédite et passionnante sur l’histoire secrète de l’alcool en temps de Révolution.

Nikolay Kamenov, Global Temperance and the Balkans: American Missionaries, Swiss Scientists and Bulgarian Socialists, 1870–1940

Londres, Palgrave Macmillan, octobre 2020, 223 p.

Feuilleter sur le site de l'éditeur.

This book examines the local manifestation of the global temperance movement in the Balkans. It argues that regional histories of social movements in the modern period could not be sufficiently understood in isolation. Moreover, the book argues that broad transformations of social movements – for example, the power centers associated with moral/religious temperance and the later, scientifically based anti-alcohol campaigns – are more easily identifiable through a detailed regional study. For this purpose, the book begins by sketching the historical development as well as the main historiographical themes surrounding the worldwide temperance movement. The book then zooms in on the movement in the Balkans and Bulgaria in particular. American missionaries founded the temperance movement in the closing decades of the nineteenth century. The interwar period, however, witnessed the proliferation of new, professional organizations. The book discusses the various branches as well as their international and political affiliations, showing that the anti-alcohol reform movement was one of the most important social movements in the region.

51ta9pKCxJL._SX354_BO1,204,203,200_.jpg
1626718028769_e=1632960000&v=beta&t=v9hNHhSegh7BgJS7MC7P6oPTD5ez1VJQyBSlIns7EhU.jpg
Addictions Sécurité Travail Paris

Depuis septembre 2020.

Blog de l'association AST Paris, mené par Luis Bertrand Fauquenot.