• Victoria Afanasyeva

Café-restaurant de tempérance - La Rochelle

Œuvre antialcoolique, située 10 cours des Dames et inaugurée le 20 novembre 1903.

Café-restaurant de tempérance à La Rochelle, 10 cours des Dames. Carte postale, c. 1903-1904. Delcampe, boutique du vendeur hougo86

Depuis sa création en 1898, la section antialcoolique de La Rochelle se fixe comme objectif la création d'établissements de tempérance. Ce sont des cafés et des restaurants proposant de la nourriture saine et bon marché ; la consommation de boissons alcooliques y est strictement encadrée sans pour autant être proscrite. La section gère plusieurs établissements :

- un Débit de tempérance, place de la Chaine, fondé le 3 décembre 1901 ;

- L'Espoir du Marin, café-restaurant de tempérance, quai Valin ;

- La maison du Marin, place Saint-Nicolas, fondée en 1898.


À l'automne 1903, un Grand café-restaurant de Tempérance situé 10 cours des Dames vient compléter cet arsenal de combat contre l'alcoolisme. À son inauguration, le vendredi 20 novembre, assistent les élites politiques de la ville : le maire, plusieurs conseillers municipaux et un représentant du préfet. Ce jour-là, "une tasse de thé" (avec des gâteaux) est offerte à une quarantaine de membres et d'amis de la section antialcoolique de La Rochelle, présentes à la cérémonie.

Le café-restaurant se situe au rez-de-chaussée du bâtiment, il est aménagé par l'architecte Pierre-François Corbineau. Après quelques travaux, la section antialcoolique ouvre une salle à l'étage qui permet d'accueillir davantage de clientèle, mais qui sert également de foyer, de milieu de sociabilité et de salle de réunions.


Le Grand café-restaurant de Tempérance propose :

- du café - 0 fr. 15

- du lait - 0 fr. 10

- du thé - 0 fr. 10

- des sirops,

- de la limonade,

- de la bière,

- du vin.

Le vin ne peut être consommé qu'aux repas, à quelque moment qu'ils aient lieu et à raison d'une bouteille (trois-quarts de litre environ) par personne au maximum. (L'Écho rochelais, 25 novembre 1903).

Par ailleurs, il est interdit de consommer à crédit : les consommations doivent être payés comptant.


Comme de nombreux établissements de ce genre, fondés au tournant du XIXe et du XXe siècle, le café-restaurant rochelais est contraint de fermer au bout de quelques années : en 1912, il ne figure plus dans l'annuaire antialcoolique. Manque de clientèle, méfiance de la population, mauvaise gestion, évolution des habitudes de consommation ? Pour le moment, il est encore tôt pour analyser les raisons de la fermeture, car les sources sont rares pour mener des études approfondies sur les établissements de tempérance.